mercredi 16 février 2011

la femelle de l'homme

muséum d'histoires naturelles de Kolam, Inde.
Lola.

mardi 8 février 2011

WOMEN ARE HEROES

L'artiste français J.R embarque le spectateur dans des lieux qui suscitent le fantasme. (...)
En travaillant incognito, il transforme les rues les immeubles, les bidonvilles, les favellas et des villages entiers en galeries d'art, confrontant le spectateur a une expression artistique inédite.
Women are heroes parle de ces femmes qui côtoient parfois la mort de près, et qui prennent souvent la vie à bras le corps passant constamment du rire aux larmes.Ce sont des femmes dignes, généreuses, qui n'ont rien, mais qui sont prêtes a partager le peu qu'elles possèdent, des femmes qui ont des passées douloureux mais qui aspirent a un avenir meilleur avec un courage sans faille.
( source : site officiel )
 
Au final bande originale planante, images transportantes.
Grâce au stop motion on voit tout, on comprend tout, il dévoile l'intensité des différents lieux investie par J.R.
Malheureusement projet quelque peu surjustifié pour qu'il paraisse totalement non lucratif... dans nos jolies pays aseptisés la pauvreté c'est beau...Dommage.
 Mandine et Lola.

dimanche 26 décembre 2010

Les goujats ne manquent pas.


           Pix by Hayouken


  -Ma compagne me servait beaucoup.
Je l’utilisais chaque jour. Elle a fonctionné des années durant. Mais je l’ai jetée aux ordures l’an dernier.
Comme les légumes, les femmes ne restent pas des primeurs toute leur vie. Elle était froissée, molle, presque pourrie aux jointures, et loin de rajeunir, elle aggravait son cas à vue d’œil. Elle en était arrivée à un stade où il aurait été dégoûtant de ma part de la désirer. J’ai dû la remplacer, même si j’étais encore attaché à elle comme à un fauteuil en cuir défoncé à en perdre sa paille, auquel on garde néanmoins une vraie reconnaissance d’avoir pu s’asseoir dessus pendant de si longues années. Je l’ai déposé dans la grande poubelle que le gardien venait de rouler jusqu’au trottoir. Elle était en trop mauvais état pour séduire un homme de goût, mais les goujats ne manquent pas. Je l’ai donc laissée libre d’avoir des relations avec d’autres, si elle en trouvait.
 - Qui sait, il a toujours des gens assez écoeurants pour fouiller les immondices.
 -Je te resterai fidèle. Je maintiendrai le couvercle fermé des deux mains.
Je savais qu’elle ne tiendrait pas sa parole, et qu’un malotru en ferait bientôt un usage régulier. Il y a bien des gens qui ramassent les mégots, ou vident furtivement les fonds de verre des clients à la terrasse des cafés. Du reste, début février, je l’ai rencontrée un soir en compagnie d’un homme en bleu de chauffe qui semblait fier de l’avoir retapé, et de la pousser les bras comme une brouette.
 -Il avait dû la démonter entièrement.
La dérider au marteau et à la toile émeri, avant de la repeindre au pistolet pour lui redonner de son mieux la couleur d’une humaine. Bien sûr, on ne pouvait pas l’assimiler tout à fait à une guirlande, mais on se trouvait bien en présence d’une épave rafistolée. Elle ne rappelait guère ces filles toutes neuves qui nous font vrombir de concupiscence quand nous regardons des films pornos en sirotant une bière sexe à l’air après une lourde journée de travail à bricoler les chicots des clients de notre cabinet dentaire où jouent à saute-mouton souris et cloportes malgré nos tentatives répétées de les éventrer avec la vieille roulette que notre prédécesseur nous a laissé en héritage quand nous lui avons racheté trente ans plus tôt son officine en faillite.
Je lui ai quand même laissé la parole en souvenir du bon vieux temps.
 -Je suis content de voir que ce monsieur t’as récupéré.
   
 Elle ne m’a pas répondu. D’ailleurs elle donnait l’impression d’être sourde, muette, complètement aveugle, et de ne plus disposer que d’un cerveau en bois. J’ai compris alors qu’il l’avait vidée de son contenu, pour sauver sa coque de la décomposition qui battait déjà son plein quand il l’avait pêché à la décharge.

Régis Jauffret - Microfictions

Vu le 27/12




Faites le mur.

"Banksy est un artiste graffeur britannique de réputation mondiale. Il est connu entre autres pour ses oeuvres sur le mur qui sépare la Palestine et Israël et pour ses installations décalées dans les grands musées. Son premier film raconte l’histoire de Thierry Guetta, un français excentrique qui se reconvertit en documentariste en suivant les traces des maîtres du Street Art."

Un film surprenant mais surtout agaçant...

jeudi 16 décembre 2010

Twist sur France Gall



Je broute un alligator et je courtise ta petite soeur.
LOLA...en forme Baby!

lundi 29 novembre 2010

jeudi 28 octobre 2010

Notre intimité aride.

- Nous préférons l'abstinence à la contraception.
Des la naissance d'Anne-Sophie, nous avons décidé de bannir la sexualité de notre vie. Il nous en coûte encore, bien que nous ayons tous les deux dépassé la quarantaine depuis plusieurs années. L'alpinisme est cependant un dérivatif précieux et efficace. Quand on escalade une falaise, on est bien obligé d'oublier ses désirs, sous peine de planter un piton de travers et de dévisser. Nous avons la chance d'habiter Grenoble, et quand le temps le permet de pouvoir grimper tous les week-ends. L'hiver, nous skions à outrance jusqu'à la fermeture des pistes. S'il nous arrivaient de faire une mauvaise chute et de nous fracturer un membre, nous nous verrions dans l'obligation de faire chambre à part pour ne pas succomber à la tentation exacerbée par le manque d'exercice. Notre appartement est un petit trois pièces, le canapé du salon est étroit comme une planche, et aussi dur qu'une banque de bus. Malgré ses dix-sept ans, Anne-Sophie dort avec moi dans notre lit tandis que son père occupe sa chambre.
  Elle n'ignore rien de notre intimité aride, et elle approuve l'inflexible détermination dont nous faisons preuve, même si taraudés par nos sens nous devons parfois lutter pour ne pas ouvrir les fenêtres et hurler à la lune. Elle envisage de se marier un jour, mais la reproduction lui répugne, et elle imposera à son époux de la respecter tant que durera leur union. elle est assez courageuse pour ne s'être jamais accordé la moindre masturbation depuis les premières secousses de la puberté. Il lui de me demander de lui lier les mains avant de s'endormir, et de la surveiller du coin de l'oeil quand elle prend sa douche.
-Elle laisse toujours la porte des toilettes grande ouverte.
  Et dans la mesure du possible elle essaie de se maîtriser pour ne jamais les visiter en mon absence. Le plaisir l'effraie, elle le soupçonne de receler en lui tous les ingrédients d'une toxicomanie. Elle a vu trop d'amis autour d'elle succomber aux sirènes du tabagisme, de l'alcool, ou de la marijuana, pour prendre le risque de devenir un jour comme eux des poubelles. Dans la rue, elle évite les regards des hommes qui la souillerait comme un attouchement, et refuse de répondre aux questions des enseignants de sexe mâle, de crainte que rentrés chez eux ils ne fassent un usage pervers du son de sa voix.
-Elle applique aussi cette règle draconienne sous notre toit.
Bien que son père soit au dessus de tout soupçon, elle ne lui adresse jamais directement la parole. Je joue le rôle de messager, et je fais à mon mari un compte rendu fidèle de ce qu'elle m'a demandé de lui dire, pendant qu'elle reste enfermée sur le balcon ou patiente assise sur une marche de l'escalier. Elle est de plus en plus méfiante envers lui, elle le soupçonne même de mener une double vie.
-De se débaucher la nuit malgré lui quand il rêve.


Microsfictions Régis Jauffret

le sac d'une morte.

Lola Love's

huu!


lola love

houhouhou!!


lola LOVE.

mardi 26 octobre 2010

samedi 23 octobre 2010

VU le 14/10.


video

Les NONO font leur cirque.

« Fais pas ton cirque ! » intime-t-on aux enfants turbulents.
On reprendra comme une injonction au désordre joyeux, à la pagaille complice, aux sarabandes sonores, cet appel au calme !
Le Cirque NoNo, c’est celui que vous vous faites, entre veille et sommeil, lorsque les impressions diurnes laissent place peu à peu à la fantasmagorie des songes, ronde d’images jubilatoires, surprenante, folle et parfois nostalgique ou tendre. Des êtres étranges font alors leur apparition, et la piste circulaire du cirque est leur terrain de sarabande, le monde sensible qui abrite leurs danses.

Mandine & Lola love

vendredi 22 octobre 2010

lundi 18 octobre 2010

dimanche 17 octobre 2010

mardi 5 octobre 2010

VU le 30/09 & 01/10.



VÉRONIQUE AIRIEAU //
... "Comme dans un cycle immuable mes travaux se suivent et s’entremêlent. Ils sont des étapes d’un « voyage », d’une quête heureusement inassouvie. C’est une suite de clichés de bout de nature guidée par un regard « naturaliste ». C’est également un travail qui utilise le décoratif dans le sens où il autorise l’excès, les débordements. Je m’intéresse également à la mise en place extérieur car je suis obligée de tenir compte de « l’environnement » et donc de trouver un arrangement, un dialogue entre l’idée, le travail d’atelier et la réalité physique." ... V. Airieau
Exposition de céramiques, installation in situ. Marseille.



MAGIK WEEK // Soirée de Gala
Gaëtan Bloom, Bébel, Hugues Protat
La magie est l'art, par excellence, du merveilleux et de l'illusion. Elle interroge notre perception de la réalité en même temps qu'elle trouble nos pensées et nos croyances.
Spectacle Théatre du Merlan. Marseille.

Lola Love & Mandine.

mercredi 29 septembre 2010

lundi 27 septembre 2010